Qu’est-ce que l’acétone

Si les besoins en énergie en début de lactation ne peuvent pas être couverts par l’ingestion de fourrage, les réserves de graisse corporelle sont mobilisées outre mesure. Il peut en résulter une cétose. La graisse est dégradée, entre autres, en acétone. En même temps, le taux de graisse dans le foie augmente. Le métabolisme peut ainsi déraper. L’appétit des animaux baisse. Les conséquences sont une baisse du rendement laitier, l’affaiblissement du système immunitaire et par conséquent une susceptibilité accrue aux infections et maladies du pis.

L’acétone est expirée par les voies respiratoires et excrété par l’urine et aussi par le lait.

Valeurs normales et écarts

Le taux d’acétone du lait peut être jugé comme suit :

Acétone mg/l

Jugement

moins de 15

Animal sain

15 à 60

Aucun symptôme, léger risque de cétose, observer l’appétit de l’animal

60 à 120

Symptômes visibles, grand risque de cétose

plus de 120

Cétose clinique

Mesures en cas d’écarts

En cas de valeurs accrues, il faut veiller à un affouragement en fonction des rendements.

Une cétose aiguë doit être traitée par le vétérinaire.

Mesures préventives

  • Avant le vêlage, les vaches ne devraient être ni trop maigres, ni trop grasses.
  • 2 à 3 semaines avant le vêlage, il faut adapter l’affouragement en vue de la mise-bas et de la nouvelle lactation.
  • Mettre à disposition du fourrage appétible


vers la version PDF imprimable